Suivez-nous
Déjà client ? Entrez votre e-mail et mot de passe :Première visite ?Enregistrez-vous

Le Street art sur toile

EDITO

De "sur les murs" le street art s’invite "entre les murs" le temps d’une célébration réunissant pour la première fois à Marseille les trois artistes Noé Two, Kongo et FenX. Est-ce une dénégation? Non, c’est une communion !

En s’exposant en galerie, le street art fait tomber la dernière frontière, tant physique que symbolique, de sa conquête / quête identitaire et spatiale - chez lui, les deux sont irrésistiblement liées. La rue est partout, sa voix est portée sur les toiles, jusque sur la Toile.
 Art de la rue, dans la rue, par la rue et pour elle, le street art est viscéralement urbain. Elle est sa matrice, sa muse, sa matière première, son œuvre. Les artistes lui fécondent une intention, une liberté d’expression, un geste. La rue devient alors un terrain à conquérir, un média de communication, une frontière - réelle et idéelle - à abolir.


Leur mode opératoire : l’impact. Interroger les lieux communs, se jouer des codes, bousculer les représentations, marquer / remarquer les territoires, re-symboliser des lieux. Ces explorateurs urbains révèlent alors la ville comme palimpseste, mais la revendiquent surtout comme terrain de dialogue, de relations, comme système de sens et de valeurs. Ils ravivent une conscience urbaine léthargique, s’érigent contre la tentation au désenchantement. Ces artistes incarnent l’effervescence de la ville muée en force créatrice et exploratrice. Elle les mène à la conquête de tous les espaces, de tous les médias, de tous les continents, de toutes les cultures. Férocement indépendants, mobiles et iconoclastes, ils abolissent les limites, libèrent les murs et les consciences.

Leurs œuvres, même lorsqu’elles se couchent sur la toile, n’en gardent pas moins leur puissance poétique, signifiante et mobilisatrice. Le street art parle autant qu’il écoute, stimule autant qu’il provoque, mais toujours, agite. Là reside son essence indépendante, parfois désobéissante.

Le street art n’est jamais là où on l’attend.

Cette exposition se présente comme l’ultime audace d’un art de la rue qui, dans une mise en abyme à son échelle - qui ne saurait être qu’urbaine -, dépasse les contradictions et les clivages pour s’élever au rang d’art synergique.

 Héloise Balhade - Urbaniste
Catalogue « Urbainisme, expression de rue »